ethnique·musique

Peïa

Peïa Luzzi, une voix céleste portée par les traditions du monde. Son dernier disque Four Great Winds sorti en mai 2015 est une merveille pour l’âme.

 

Si vous n’aviez jamais entendu la voix d’un ange, celle de Peïa est très probablement ce que nous pourrions imaginer qui s’en rapproche le plus.

Cette jeune musicienne américaine possède une voix cristalline qui s’accorde avec douceur et grâce aux instruments qu’elle joue et dévoile avec pureté les mots qu’elle entonne.

Née dans le Connecticut, Peïa nourrit son sens de la musique des traditions indiennes d’Amérique du Nord autant que d’Amérique du Sud. Profondément inspirée par l’essence même de la musique et des harmonies, Peïa tend à rendre des lignes mélodiques et des sons épurés, emprunts d’authenticité phoniques et traditionnelles.

En 2002, elle sort diplômée du Conservatoire de Nouvelle Angleterre où elle a appris les techniques de chant et l’opéra. Elle traverse ensuite les États-Unis pour l’Oregon où elle étudie les chants indiens tout en faisant partie de Trillium Voices, un ensemble choral estonien.

Son premier album, The Dance Of Devotion est un recueil de poèmes et de chants d’amour, à l’autre, à la Terre, à la Nature etc. Son second album, Four Great Winds est en revanche un véritable voyage à travers les traditions vocales. Teintées de culture indienne, de tradition celtique et d’harmoniques bulgares, les mélodies de Peïa sont un billet pour la sérénité.

Enrichie des inspirations les plus épurées, nourrie de sources musicales profondes et faites d’harmonies délicates, la musique de Peïa représente un univers tourné vers la simplicité et la douceur. Sa plus célèbre chanson Machi est une ode à la paix de l’esprit. Un brin ethnique, un peu ésotérique, Peïa est une personne tournée vers l’importance des bonnes vibrations. Machi signifie Guérisseuse et c’est bien l’esprit de sa musique. Elle insuffle un délicat pouvoir de bien-être et d’apaisement pour qui sait l’écouter.

Telle une gardienne des traditions, Peïa sait garder les racines des montagnes bulgares pour les emmener au cœur des plaines d’Irlande et leur apporter la sagesse et la profondeur des Indiens d’Amérique.

Accompagnée par la légèreté de la guitare, elle sait aussi faire vivre ses chansons à l’harmonium ou au charango. Elle ponctue ses musiques de violoncelle et d’un ensemble éclectique de percussions d’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui pour apporter toujours plus de singularité et d’authenticité à son univers.

Entre vibrations new age et sonorités intemporelles, Peïa offre un tour d’horizon d’un retour aux sources par delà les frontières et les traditions.

Olwen R.

Peia2

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s