folk·musique·Rock

Jake Bugg, en 3 actes.

À l’occasion de la sortie de On My One pour l’été 2016, on va essayer de parler de Jake Bugg. Jeune talent British aux airs de folk 70’s, on sait déjà qu’on va aimer son côté Dylan et son étrange voix nasillarde.

Alors lui, déjà, il est un tout petit peu pénible de talent. Faut savoir qu’il n’a que 22 ans et 3 albums studio pour lui. C’est un petit peu agaçant, hein… mais en plus, il y a bien quelque chose à en dire.

Acte 1 : un premier disque folk

Anglais, une tronche d’ado passablement stéréotypée, toussa, toussa… Voilà qui il est. Directement inspiré par Bob Dylan et The Weavers, on va admettre qu’il n’y a rien de vraiment neuf dans ce que propose ce jeune chanteur mais que, malgré tout, c’est vachement rafraîchissant d’entendre cette petite pop folk à l’heure actuelle.

Découvert en 2012 avec son premier disque Jake Bugg et sa jolie ballade cadencée Simple As This, sa patte fait directement voyager au temps des gentils hippies pas psychédéliques tels que Joan Baez ou Don McLean. Mais bon, faut aussi bien constater avec trois albums et du coup un peu de recul, qu’il évolue le bonhomme.

Acte 2 : un second disque pop folk

Parce qu’après 2012 et Jake Bugg, l’énervant « musicien-qui-a-une-personnalité » (la signature vous diront les pro) revient en 2013 (soit tout de suite après) avec l’album Shangri La qui est … plus… rock, pour le moins. On y trouve des airs toujours teintés de rétro mais beaucoup plus rythmés comme Kingpin ou Simple Pleasures qui nous fait croire que c’est comme le premier disque alors que non. Cet album, c’est un peu comme la progression des Beatles vers des trucs un peu moins gnangnan. (Mais j’ai pas dit que les hippies étaient gnangnan !).

Alors bon, vous avez tous entendu Broken (la vidéo dépasse les 8 millions de vues sur Youtube et ça, c’est un signe), dans laquelle il perd un peu sa teinte folk au profit d’une batterie un peu lourde histoire d’appâter le chaland. On dira donc merci à la vraie personnalité du chanteur et on regrettera le bourrinage pseudo rythmique supposé donner de la profondeur. Parce que bon… c’est bien de faire connaître de nouveaux talents mais c’est quand même dommage de reformater ce qu’ils savent faire en une soupe « grand format pour grand public ». Une ballade folk, c’est une ballade folk, quoi. Pas besoin d’en rajouter, sinon ça ne ressemble plus à rien. En fait, Jake Bugg, c’est le genre d’artiste que tu écoutes en vinyle et pas que pour faire genre, mais parce que son timbre et sa guitare ont un grain qui sied parfaitement au microsillon (oui, oui. Essayez.) On l’aime plutôt comme ça en fait : Tuesday Morning.

Acte 3 : un troisième disque musclé !

Voilà pour le passif. Parce qu’aujourd’hui, en 2016, Jake Bugg c’est ça : On My One, ce n’est plus seulement folk, c’est blues et un chouïa rock ou ça Gimme The Love. Qui est, comment dire… vachement musclé quand même quand on considère les premiers opus. On dira qu’il s’adapte le garçon. Dans un genre plus ou moins réussi mais qui a le mérite de ne pas être redondant de disque en disque. Est-ce que ça lui ressemble ? lui seul peut le dire, hein… (mais il dit que oui, rassurez-vous « Par bien des aspects, ce disque est le mien. Je l’ai vu comme l’étape logique de mon développement en tant qu’auteur-compositeur. C’était un challenge mais je devais le faire ») et on gardera à l’esprit sa capacité à nous envoyer en 1969 comme à nous faire danser en 2016. On pourra aussi se demander (mais plus tard), si l’évolution lui aura réussie !

Olwen R.

Jake Bugg – 2012

Shangri La – 2013

On My One – 2016

Jake Bugg_1

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s