folk·inclassable·indie pop·indie rock·musique·pop·Rock

King Charles, Dandy Pop

Son deuxième album, Gamble For A Rose, est sorti en février 2016. Il y a trois mois, certes… mais bon, il s’écoute vraiment bien. King Charles, à ne pas confondre avec le Cavalier King Charles (le toutou), est un artiste à l’allure inclassable autant qu’au genre sans étiquette.

  • Ma chanson coup de cœur : Coco Chitty
  • Le plus plus plus que j’adore : un style, une musique de dandy décomplexé

King Charles, plus attachant que le sac à puces

Jusqu’à peu, il avait encore des dreads qu’il avait laissées pousser plusieurs années. Une physionomie qui est un parfait mélange de Romain Duris et de Davendra Banhart et un style capillaire digne héritage d’Amy Winehouse et de Bob Marley. Sa musique, c’est à peu près la même chose. Un astucieux mélange d’inspirations.

Il l’identifiait lui-même comme du glam-rock mais a fini par en revenir parce que finalement, c’était un peu plat comme dénomination pour lui. Entre afro-beat, rock, folk et racines de la musique noire, King Charles offre un panel considérable de genres et de nuances à travers ces deux disques. On ne s’ennuie pas en l’écoutant, tout change tout le temps et la richesse de la plupart des arrangements n’y est pas pour rien !

Né en 1985, il a étudié le violoncelle dans sa banlieue de Londres. Il a quand même tenté la fac d’économie avant de lâcher l’affaire et de se découvrir un besoin de composer et surtout d’écrire. Parce que c’est aussi un sacré auteur.

Par exemple, en 2009, il remporte le prix de l’International Songwriting Competition avec les poétiques paroles de Love Lust :

« Whether a flower in my hand or a gun in my hand, I’d give it all up for your hand in my hand.
For the sun on my skin as the morning begins, id die in the dark just to feel your skin on my skin. »

 

Une marque, une empreinte

King Charles choisi son pseudo en 2007 quand il se lance pour de vrai dans la musique. En fait, il s’appelle Charles Costa mais bon… ça a quand même moins d’allure (même si le fantôme du petit chien n’est pas loin maintenant). Il raconte que l’écriture et la musique sont arrivées parce qu’il se sentait incapable de dire « je t’aime » à une fille. Bon, bah la musique ne l’a pas aidé à conclure ni à lancer sa carrière de séducteur mais au moins celle d’artiste et on n’en demande pas plus (on suppose aussi qu’il conclut plus facilement maintenant !).

Artiste hétéroclite, avec des propositions musicales relativement uniques, les Inrocks ont qualifié son genre de « pop éclatante », il cherche à exprimer tout ce qui fait partie de lui et c’est rassurant de voir que cet homme est une mosaïque peu banale. Comme pour Mississippi Isabel où il s’imprègne de ce que la musique fait de plus pétillant pour créer un univers personnel et pimpant.

Son côté spontané et déluré le rende absolument unique et énergumène identifiable de la sphère commerciale (parce que oui, oui : Love Lust est passée sur les ondes en 2012). Au-delà de ça, il fait les premières parties d’artistes qu’on aime bien sur ce blog : Mumford And Sons ou Laura Marling. Tiens, tiens me direz-vous…

Avec son côté un chouïa grunge, ce dandy chic semble sortir des bas-fonds et peut aussi proposer des morceaux comme Polar Bear dont on se demande quelle magie il peut bien contenir mais peu importe, on écoute ne serait-ce que parce que ça rompt avec le reste.

Pour son premier album Love Blood (2012), King Charles signe avec une major qui le laisse faire à peu près ce qu’il veut : de toute façon tout est bon (mais c’est pas du cochon) alors que pour le second, Gamble For A Rose, il choisit de se désengager de la compagnie pour exprimer et retrouver ce qui, selon lui, le caractérise en tant qu’artiste : l’indépendance et la liberté. Oui, bien sûr… Comme tous en fait. Mais à vrai dire, à l’écoute de ce nouvel opus, on trouve effectivement quelque chose d’aérien qui fait qu’on se détache de notre environnement.

Son rêve à lui, c’est de faire un concert sur la Lune. On l’y accompagnerait bien mais bon… c’est déjà pas mal de nous faire voyager ici pour commencer.

Gamble For A Rose pour commencer son deuxième album.

Olwen R.

 

Love Blood – 2012

Gamble For A Rose – 2016

Et là, c’est la playlist Youtube de l’article : abonne-toi !

King Charles_2
King Charles
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s