indie rock·musique·Rock

The Zolas

Cette semaine, à l’affiche du blog, ce sera le groupe The Zolas. Tout droit venus de son Canada natal, la formation rock sort un nouvel album en mars 2016 (depuis le 4 en fait) et ça s’appelle Swooner. C’est chouette, c’est rock, c’est plein de soleil.

À la toute base, le groupe est un duo : Zachary Gray et Tom Dobrzanski. Maintenant c’est un quatuor, un groupe quoi.. de rock bien sûr, ils sont toujours quatre dans les groupes de rock. Sont donc venus les rejoindre : Cody Hiles et DJ Abell avec leurs notes électro, moins suaves et surtout personnelles en fait.

Découvert lors de la sortie de leur second opus Ancient Mars en 2012, leur style rock oscillant sans cesse entre le planant et le petit rock traditionnel pêchu a captivé les oreilles tout de suite. On y retrouve parfois des sons qui rappellent The Shadows ou le léger rock californien à la Sum 41, mais on entend surtout l’habile tissage entre une base électro/synthé plutôt légère et latente et une dynamique typiquement rock dont l’exemple le plus représentatif reste la chanson Cold Moon qui est un petit bijou de douceur rock. On se laisse d’abord porter par la douceur de la guitare et de la voix légèrement éraillée de Zach Gray avant de planer sur les rythmes électro et la douceur des voix.

Leur répertoire est aussi composé de cadences rock plus nettes comme avec Cultured Man ou You’re Too Cool mais dont la trame reste invariablement la rythmique enjouée.

Avec leur nouvel album Swooner, The Zolas promet un virage musical dont je ne saurais dire s’il plaît. Il est davantage concentré sur une étrangeté palpable dont les influences sont très nettement la pop bliss des années 80 mais aussi l’électro rock d’aujourd’hui. Les sons et les arrangements sont plus clairs, plus nets que pour Ancient Mars mais il semble que l’album les démarque moins de la scène musicale actuelle. De leurs propres dires, c’est l’album du « partout ». L’état d’avant fête, celui de la fête même, celui de la concentration, de la conversation… on y trouve donc naturellement plusieurs dynamiques, plusieurs atmosphères auxquelles on accroche… ou pas.

On se fait toutefois plaisir avec Molotov Girl qui a des relents punks et qui salue l’indépendance des femmes et leur volonté à dominer les domaines dans lesquelles elles s’investissent. Des femmes engagées, des femmes volontaires.

Olwen R.

The Zolas 2

Tic Toc Tic – 2009

Ancient Mars – 2012

Swooner – 2016

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s